Qu'est ce qu'une distribution GNU/Linux ?

Imaginez un univers parallèle où Microsoft réaliserait des centaines de versions différentes de Windows. Chacune serait différente dans son aspect, ses logiciels pré installés ou ses caractéristiques, le tout en fonction d'un public cible.

Ceci est sans doute le seul concept difficile à appréhender lorsqu'on commence à s'interesser au système d'exploitation GNU/Linux puisqu'il en existe pas un seul mais une multitude. On parle alors non pas de « version » mais de distribution. Il y a donc des distributions de tout types et pour tous les goûts, de la plus spécialisée à la généraliste grand public. Mieux, plusieurs « saveurs » sont disponibles au sein même de chaque distribution, c'est-à-dire qu'il faut aussi choisir un environnement graphique.

Tout ceci peut sembler un peu confus et nébuleux. Nous allons donc éclaircir les choses dans les paragraphes qui suivent et vous verrez que finalement, l'univers GNU/Linux est très simple à comprendre.

Techniquement, une distribution est avant tout un système d'exploitation qui n'est rien d'autre qu'un assemblage de plusieurs éléments que l'on peut décrire grossièrement de la façon suivante :

Toutes ces parties, lorsqu'elles sont rassemblées, forment donc ce que l'on appelle une distribution.

Contrairement à l'environnement Windows qui est un monolithe (ou qui en a l'apparence), une distribution GNU/Linux est un assemblage plutôt hétéroclite dans le sens où beaucoup de programmes ou de logiciels qui la compose proviennent la plupart du temps de projets indépendants les uns des autres.

Par exemple, l'environnement de bureau Mate se retrouve sur plusieurs distributions (mais pas toutes les distributions) et il en est ainsi pour les logiciels. Beaucoup de distributions auront Firefox comme navigateur par défaut mais d'autres choisissent GNOME Web (Epiphany) ou encore Midori. Il va sans dire que l'utilisateur à parfaitement le droit d'utiliser d'autres logiciels si ceux présents par défaut ne lui conviennent pas. En théorie, on peut même utiliser plusieurs environnements graphiques sur le même système !

Schema de Distribution Linux

Économiquement et socialement, une distribution se caractérise aussi (et sans doute surtout) par ses développeurs, ses contributeurs et éventuellement l'entreprise commerciale qui orientent leur projet GNU/Linux en fonction d'une vision ou d'une philosophie :

Ubuntu, développée par l'entreprise Canonical a pour but de démocratiser les systèmes informatiques, mais se faisant, aura peut-être tendance à vouloir tisser des liens douteux avec des partenaires commerciaux comme par exemple Amazon.

LinuxMint dont le but est d'offrir un système d'exploitation aussi puissant que facile à utiliser est devenue dans les faits la distribution de choix pour les utilisateurs qui passent de Windows à GNU/Linux.

Trisquel est une distribution 100 % libre (c'est-à-dire sans aucun logiciel ni pilotes propriétaires à l'intérieur).

Dedian est une distribution majeure tout aussi connue pour servir de base à de nombreux projets (dont ceux précédemment cités) que pour son système de gouvernance coopératif et communautaire.

GNU ? Qu'est-ce à dire ?

Je crois important de parler du couple GNU/Linux, même si la plupart du temps on entend simplement quelqu'un dire qu'il est sous Linux ou qu'il a installé Linux.

Il faudrait en fait distinguer le noyau Linux, crée par Linus Torvalds et le projet GNU (une multitude de logiciels) instigué par Richard Stallman. À l'époque, l'un était en manque de l'autre et grâce à ce que l'on peut qualifier de concours de circonstances ou de hasard de l'histoire, les deux projets ont pu être greffés ensemble et ainsi former GNU/Linux, un système d'exploitation complet et opérationnel.

On compare souvent le noyau d'un système d'exploitation à un chef d'orchestre. Il gère les ressources de l'ordinateur et permet à ses différents composants de fonctionner en symbiose. Évidemment, le chef d'orchestre est important, mais que serait-il sans ses musiciens ?

L'environnement graphique : le bureau

L'environnement graphique de l'ordinateur comprend évidemment un menu, un gestionnaire de fichier permettant de naviguer entre les différents répertoires et un bureau. Si Linux conserve cette image de système pour les geeks c'est qu'il a été durant longtemps dépourvu d'interface graphique. De nos jours, cette interface est devenu un élément important, quasiment central, même si de nombreux utilisateurs préfèrent la ligne de commande pour toute sortes de bonnes raisons.

Sous Windows, vous n'avez pas le choix. Si le nouvel environnement de bureau vous déplaît, il faudra soit vous y faire, soit rester sur un système rendu sciemment obsolète ou implorer la firme pour le retour du bouton Démarrer.

Pourtant, de la même façon qu'il existe plusieurs navigateurs ou suites bureautiques, l'environnement graphique devrait suivre cette règle et c'est exactement ce que permet GNU/Linux. Si la plupart des distributions ont un environnement « fétiche » (autrement dit, un bureau principal associé à la distribution, à la manière d'un porte-étendard), elles proposent aussi le choix d'utiliser un autre environnement de bureau qui conviendrait mieux à l'utilisateur.

Par exemple, l'environnement « principal » de Linux Mint est Cinammon, mais on peut aussi choisir d'installer Mate, Xfce ou encore KDE.

Les bureaux les plus courants sont Gnome, Mate, Cinnamon, KDE, Xfce, LXDE. Il en existe beaucoup d'autres comme par exemple Unity, le bureau principal de Ubuntu. La différence entre un environnement de bureau et un autre ne se résume pas uniquement à leurs différentes fonctions, leur aspect, l'ergonomie ou la possibilité de les personnaliser, mais aussi aux ressources que votre machine devra utiliser pour les faire fonctionner correctement. Par exemple, Cinnamon revêt un aspect moderne mais nécessite plus de ressources que Mate ou LXDE, ce dernier étant le bureau par défaut que l'on retrouve dans les distributions conçues pour les ordinateurs moins puissants ou disons le, d'un certain âge.

La communauté

Ainsi que nous l'avons évoqué plus haut, une distribution n'est pas uniquement un assemblage de logiciels, elle est aussi caractérisée par sa communauté ; des simples utilisateurs aux développeurs.

Il y a des distributions commerciales (issues d'entreprises), c'est-à-dire pas forcément payantes mais qui sont développées par une entreprise privée, ou avec son soutien, dans le but de vendre les services et le soutien technique. C'est le cas par exemple de Canonical dont la distribution équipe maintenant la totalité de la Gendarmerie Nationale en France puisque tous ses postes ET ses serveurs ont été migrés de Microsoft vers Ubuntu. Notons aussi Red Hat, une entreprise cotée en bourse et qui vend aussi bien son propre système d'exploitation destiné aux entreprises, que les services pour le maintenir, ou encore Suse et OpenSUSE sa distribution aussi célèbre que respectée.

Il y a aussi (pour ne pas dire surtout) des distributions communautaires où le modèle de la coopération bénévole prévaut, des développeurs, des traducteurs, qui partagent leurs compétences dans leurs temps libres. Le cas le plus notoire est celui de Debian qui rassemble plusieurs centaines de développeurs à travers le monde. Les universités ne sont pas en reste avec par exemple Trisquel qui est un projet initialement soutenu par l'université de Vigo en Espagne.

Les distributions GNU/Linux sont donc soutenues financièrement et techniquement, de différentes façons, par des dons de sources diverses, comme les fondations, la participation d'entreprises mais aussi par des particuliers et utilisateurs enthousiastes.

Le noyau Linux, point commun de toutes les distributions, est developpé et maintenu lui aussi par un grand nombre de personnes de tout horizons, y compris par des entreprises comme Google ou Intel.

Liste de distributions

Loin d'être exhaustive, cette liste permet de se faire une bonne idée de la richesse de GNU/Linux. Wikipédia est aussi une bonne approche à conseiller, un article sur une distribution est souvent bien plus instructif que son propre site; en permettant de mieux cerner certains tenants et aboutissants d'un seul coup d'œil, comme par exemple son histoire, sa philosophie, etc.

À noter que dans la pratique, les distributions ci-dessous ne sont pas figées dans les sections où elles sont placées ici ; par exemple Linux Mint « Mate » pourra surement fonctionner sur un ordinateur plus vieux et les parents qui installent PrimTux pour leurs enfants, peuvent aussi l'utiliser pour leurs propres besoins.

Grand public

Grand public mature

Utilisateurs avancés

Éducation, Enfants, Science

Pour vieux ordinateurs

Pour simplifier, considérons qu'un vieux ordinateur était vendu neuf avec 2 Go de RAM ou moins et probablement sur une architecture 32 bits.

À titre indicatif, ces distributions pour ordinosaure peuvent fonctionner sur des machines équipées de quelques centaines de Mo de RAM seulement.

Distributions spécialisées

Ces distributions sont plutôt destinées aux utilisateurs avertis (dans tous les sens du terme) et dédiées à la sécurité des machines, des Hommes ou des deux en même temps.

L'arbre généalogique

On lit parfois qu'une distribution est basée sur une autre. On utilise aussi le mot anglais fork (fourchette, embranchement).

Il faut savoir qu'un logiciel libre peut non seulement être copié à volonté mais aussi modifié avec plus de volonté. Les distributions sont donc souvent développées sur la base d'une autre. Toutes les raisons sont bonnes pour « forker », cela peut-être dû à un désaccord entre développeurs au sein d'un projet, cela peut aussi être un projet né d'un manque, ou d'une vision, comme Ubuntu ou Linux Mint qui entendent démocratiser l'utilisation de GNU/Linux auprès du grand public. Parfois, il s'agit tout simplement de lancer un projet qui sera forcement mieux que les autres.

Une distribution peut être une étoile filante, mourant presque aussi vite qu'elle est apparue. D'autres comme Debian ou OpenSUSE sont des légendes fondatrices qui sont ce que l'atome d'hydrogène est à l'eau, la reine à sa fourmilière, etc.

Une bonne façon de visualiser tout ce beau monde est de se rendre sur la page Wikipédia consacrée à l'entrée distribution Linux. Les généalogistes apprécieront !

Au final, toutes ces distributions ne sont que des apparats autour d'un socle commun : GNU/Linux. Et c'est la raison pour laquelle, passer de l'une à l'autre ne pose pas de problèmes particuliers.

Conclusion

Une distribution c'est donc un ensemble de logiciels distribués autour d'un noyau commun, Linux, mais aussi un « patchwork » de développeurs et de contributeurs. Bref, une salade servie avec sa recette et dont le chef vous permet de modifier n'importe quel ingrédient à votre goût, et même d'apporter la sauce du restaurant d'en face !

Mais au final, quelle distribution choisir ? La réponse est assez simple : celle qui vous plaît !

Il est tout de même préférable au début de s'orienter vers un projet bien établi, donc bien documenté et qui par conséquent rassemble de nombreux adeptes qui pourront aider si des difficultés surviennent. La plupart du temps, une distribution Linux peut être essayée sans être installée - donc sans risques - grâce à ce que l'on nomme un Live CD (ou DVD). Il suffit pour cela de télécharger le fichier ISO (en fait, le système d'exploitation) et de le lancer à partir d'un CD, DVD ou d'une clef USB.

Tout ceci sera le point de départ d'un autre chapitre relatif à l'installation. Pour l'instant, le plus important est peut-être de savoir pour quelle(s) raison(s) vous devriez utiliser un système libre plutôt qu'un système privateur tel que Microsoft Windows et c'est justement le sujet de la page suivante.


Pourquoi utiliser GNU/Linux